ROAD TRIP EN ISLANDE: DE HVERAVELLIR À HUSAVIK

Après êtres partis de Rekjavik pour Hveravellir au centre de l’Islande, nous continuons notre road trip jusqu’au nord du pays: à Húsavík.

 

Dernière baignade à Hveravellir

 

Les sources chaudes font vraiment partie de mes meilleurs souvenirs en Islande. Cette baignade à Hveravellir juste avant de partir pour le nord du pays reste gravée dans ma mémoire.

 

Avec amusement, j’ai pu constater l’universalité des réactions lors de l’entrée dans le hot spot : le froid en arrivant grelottant et grimaçant jusqu’à l’eau ; les traits du visage qui se détendent d’une seconde à l’autre lorsque les pieds commencent à faire trempette ; le sourire béat en guise de remerciement pour cette eau aussi accueillante que promise ; et, la progression dans le bain jusqu’au tuyau d’eau bouillante, jusqu’à atteindre ses propres limites de résistance à la chaleur. Un moment unique de partage qui ne nécessite pas de parole, qui se résume en regards échangés.

 

Après ce moment magique, il est temps de se sécher, et replier la tente ! Nous reprenons le car pour traverser la deuxième partie du pays. Après avoir fait Reykjavik – Hveravellir, nous partons droit vers le nord : à Akureyri.

 

En route vers le grand nord

 

Le voyage en car dure 3h30. Une fois de plus, c’est un vrai régal pour les yeux. C’est lors de ce trajet que je prends conscience de la grandeur de l’Islande. Tant par sa taille que par ses reliefs, ce pays m’impressionne. Nous passons des plaines accidentées et verdoyantes aux vallées bordées de montagnes d’où jaillissent de petites cascades. Excusez-moi d’avance, nous avons fait le choix de profiter à 100% de ces trajets, et d’en faire le plein d’images mentales au détriment des clichés photographiques.

 

Arrivés à Akureyri, nous installons la tente au camping et faisons bon usage de notre seule soirée dans la deuxième plus grande ville du pays pour visiter un peu. Après un bon repas chaud dans la rue principale, nous nous dirigeons vers la Glerá, le fleuve qui traverse la ville. De là, nous avons une magnifique vue sur le Fjord Eyjafjörður et sur le port de la ville. Entourée de montagnes, elle dégage une ambiance particulière. Est-ce le côté sauvage du nord du pays ? La rudesse des conditions de vie ici ? Je ne sais pas, mais les petites attentions telles que les feux rouges insolites m’ont mis du baume au cœur… Bien fatigués de notre périple, et après avoir remonté l’interminable pente qui nous séparait de notre abri, nous ne nous sommes pas fait bercés !

 

Voyage en Islande, de Hveravellir à Husavik en passant par Akureyri et Godafoss

Voyage en Islande, de Hveravellir à Husavik en passant par Akureyri et Godafoss

Voyage en Islande, de Hveravellir à Husavik en passant par Akureyri et Godafoss

Voyage en Islande, de Hveravellir à Husavik en passant par Akureyri et Godafoss

 

Les chutes des Dieux

 

Nous quittons Akureyri aux aurores, direction Husavik. Reconnue comme capitale européenne de l’observation des baleines, j’étais obligée de faire un crochet par cette petite ville au nord du nord. Si proche de mon rêve d’apercevoir ces mammifères marins qui m’impressionnent tant, j’étais surexcitée… En chemin, le car nous arrête sur le site des chutes de Dieu : Goðafoss. Encore une jolie cascade ! Elle me fait un peu penser à Gulfoss, mais avec un point de vue sur les chutes plus frontal.

Voyage en Islande, de Hveravellir à Husavik en passant par Akureyri et Godafoss

Voyage en Islande, de Hveravellir à Husavik en passant par Akureyri et Godafoss

Quelques photos plus tard, nous nous remettons en route. Parvenus à Húsavík, nous prenons directement nos tickets pour une excursion en bateau prévue à midi. En attendant l’heure fatidique, un ravitaillement s’impose à l’épicerie du coin. Avec bonheur, j’y trouve du Violife, mon fromage végane préféré. De quoi se faire un bon sandwich avant de monter à bord.

 

No whales watching

 

Le trajet jusqu’au centre du Fjord est magique. Malgré l’impatience, je profite du magnifique paysage qui s’offre à moi. La sensation d’être proche du cercle polaire m’emplit. Les montagnes qui bordent la langue marine et le froid qui règne sur le bateau ne font que renforcer ce ressenti d’être enveloppée par la nature.

 

Puis, le bateau s’arrête… Le guide commence à chercher la présence de baleines. Au bout de quelques instants, nous apercevons au loin la queue du cétacé. Une apparition. À peine ai-je eu le temps de réaliser ce qui se passait sous mes yeux que c’est déjà fini. L’espoir d’en voir plus devient alors plus fort. Mais, plus le temps passe, plus l’adrénaline redescend. Ce sera tout pour aujourd’hui. La déception est grande, mais ça fait partie des règles du jeu… Cette jolie baleine avait sûrement autre chose à faire que de se donner en spectacle et je la comprends.

 

Désappointée tout de même d’être passée si près d’un de mes plus grands rêves, je prends sur moi pour continuer de profiter. Les macareux sont au rendez-vous et sur le chemin du retour, j’ai même la chance de surprendre un dauphin avant qu’il ne disparaisse dans les flots. Cette journée ne se sera pas déroulée comme prévue, mais, aura été à la hauteur de l’Islande : surprenante et imprévisible. À l’image même de la nature.

Voyage en Islande, de Hveravellir à Husavik en passant par Akureyri et Godafoss

Voyage en Islande, de Hveravellir à Husavik en passant par Akureyri et Godafoss

Voyage en Islande, de Hveravellir à Husavik en passant par Akureyri et Godafoss

 

Petites astuces en vrac :

 

  • S’il vous reste un peu de place dans votre sac à dos, glissez-y une multiprises… Dans les campings, les rares sources d’électricités sont prisent d’assaut et, recharger téléphones et appareils photos peu vite devenir mission impossible !

 

Si vous avez raté le premier épisode de mon road trip, je vous invite à le lire. Je vous raconte nos premiers pas en Islande, de Rekjavik à Hveravellir !

Et on se retrouve très vite pour mon coup de cœur Islandais : la région enchanteresse de Mývatn !

 

Julie

 

5 septembre 2017
Previous Post Next Post

2 Comments

  • Reply Céline (Iznowgood)

    Rah… Ce temps tout gris, ces impressions de bout du monde… Ça me donne envie de partir visiter ce beau pays ! Hâte de voir la suite ! Je pense que tu vas beaucoup aimer l’Ecosse 🙂

    5 septembre 2017 at 9 h 44 min
    • Reply Julie Colibri

      Hâte de vous montrer la suite… Tu vas voir comme Myvatn est à couper le souffle ! 🙂 Et oui, tu comprends mieux mon envie d’aller là-bas 😉

      5 septembre 2017 at 21 h 23 min

    Leave a Reply

    Vous aimerez aussi